Du Nord au Sud et réciproquement/Ligne 70

Mise en scène Wilma Levy
Création 2014

“Face à face Nord-Sud”, ou quelles perceptions ont les lycéens de leur ville? Ceux du Nord et ceux du sud…je parle de Marseille.
Vivent-ils la même ville?
Vivent-ils une ville si différente ?

Quel est leur territoire quotidien, quel est leur quartier ? Se déplacent-ils dans cette ville, souvent, comment, à quelle heure ? Seuls, en bande? Se connaissent-ils ceux là, ceux du nord et ceux du sud?
Quel est leur Marseille commun?”

Wilma Lévy (extrait de la note d’intention)

En 2014, dans le cadre de son travail de création et dans la continuité de son projet Ligne 70, Wilma Lévy a proposé un travail à deux classes de lycée (une classe du Lycée Saint-Exupéry dans les quartiers Nord de la ville, une classe du lycée Marseilleveyre dans les quartiers Sud) qui mêlait théâtre, géographie, et espace. Ce travail a donné lieu au projet Du Nord au Sud et réciproquement.

« Quelles perceptions avez-vous de votre quartier, de votre ville? Y percevez-vous des frontières? Comment? Lesquelles? ».

Il s’agissait de nommer des sensations et d’identifier certaines réalités géographiques et sociales de cette ville en s’appuyant sur les notions explorées dans le programme scolaire autour du territoire. A travers ce projet, l’idée était de créer une rencontre, d’offrir un espace d’échange et de partage entre ces publics et de les amener à co-construire ensemble une proposition artistique.

> Du Nord au Sud et réciproquement dossier complet

Quelques mots sur Ligne 70 :

Après avoir exploré la question de la frontière avec une classe de 1ere L du lycée Saint Exupéry dans le cadre de son travail de création autour de Sous un ciel de chamaille, Wilma Levy a souhaité poursuivre la rencontre et initier un nouveau projet intitulé Ligne 70.

Dans la continuité de ces questionnements sur la perception de son quartier, de sa ville et des frontières réelles ou imaginaires,  la compagnie, accompagné par La Gare Franche/Cosmos Kolej, a continué cette démarche en faisant se rencontrer 2 classes, de part et d’autre de cette ville.

Ce qui semblait le plus pertinent était de travailler avec deux lycées très éloignés géographiquement, très différents en terme de population d’élèves, mais deux choisir deux classes de filières identiques : 1ere ES, choisie du fait de la place importante de la géographie, de l’étude des critères économiques et sociaux dans son programme scolaire.   

Un constat supplémentaire a confirmé le choix de ces deux établissements (Saint-Exupéry et Marseilleveyre): leur situation semblable, en effet ce sont deux lycées importants, tournés vers la mer, au milieu de la pinède, que les élèves s’approprient et apprécient beaucoup.
> Ligne 70 dossier complet

 

LES CARTES MENTALES

Du Nord au Sud et réciproquement. Photos: Catherine Legrand.

Le Misanthrope

De Molière
Mise en scène: Wilma Levy
Regard extérieur et Complicité: Béatrice Courcoul

Avec Brahim Tekfa, Laurent Gernigon, Laurence Briata, Wilma Lévy, Christophe Chave, Didier, Marine Dubois

Malgré la peur qu’inspire à première vue ce texte monument, la compagnie a pris le parti d’adapter ou, pour parler crûment, de couper le texte. Non pas que Molière soit bavard, mais afin de recentrer la pièce sur le couple Célimène – Alceste et sur la richesse exceptionnelle du langage employé. Un spécialiste de l’alexandrin, Philippe Müller, a ainsi été convié à quelques séances de travail.

Dans ce texte, il est bien évidemment question d’un amour, qui se révèlera impossible, mais aussi d’une quête, celle d’Alceste cherchant un idéal impossible dans une société où il se sent “trahi de toutes parts, accablé d’injustice…”. Là encore, le choix de mise en scène cherche à atteindre la conscience permanente du public convié à recevoir ces différentes confrontations et visions du monde.

Tout se passe dans le salon de Célimène, les comédiens seront présents sur le plateau tout au long de la représentation derrière des voilages noirs, et entreront sur l’espace de jeu depuis ces coursives.

Ainsi Célimène, Alceste et tout ce petit monde n’est jamais seul, mais toujours plus ou moins observé.

Le Misanthrope. Photos: Cie des Passages.

Ah là là, quelle histoire !

De Catherine Anne
Mise en scène collective avec la collaboration d’Anne Gaillard.

Avec Wilma Lévy, Alfonso Rodriguez Gelos, Lavinia Centrone

Tout public à partir de 6 ans

Juste avant la tombée de la nuit Pouce Pouce et Petite Peau se rencontrent dans une drôle de forêt, “la Forêt Défendue”, et ils ont peur dans “le noir tout noir”.
Ils vont essayer de sortir de là ensemble: ils commencent alors un périple, tel un parcours initiatique, qui sera parsemé d’embûches. Cette histoire où l’on retrouve dans une langue très contemporaine, concrète et drôle les figures des grands contes de notre enfance (Peau d’Ane, le petit Poucet, la Sorcière, la Fée) est un régal de légèreté et de finesse. Quelques petits éléments de décor accompagnent le jeune spectateur dans ce périple.       

Plongée dans l’univers du conte, la compagnie poursuit son cheminement à travers des textes de qualité, dans un souci d’ouverture à un nouveau public.
L’auteur, Catherine Anne, en référence aux figures du Petit Poucet et de Peau d’Anne, entraîne ses personnages Pouce Pouce et Petite Peau, dans une forêt défendue où ils vont être en prise à la cruauté du monde. Jouant sur différents registres de langages, mélangeant les rythmes et les sonorités, la plume de Catherine Anne est très belle…
Le choix de ce texte était, comme souvent pour la compagnie, une évidence. La compagnie a misé sur une scénographie épurée, afin d’offrir aux enfants une grande liberté d’imagination des enfants et leur faisant ainsi confiance sur leur sensibilité et leur compréhension.

Ah là là quelle histoire ! Photos: Cie des Passages.

  • Ah là là quelle histoire
  • Ah là là quelle histoire
  • Ah là là quelle histoire
  • Ah là là quelle histoire
  • Ah là là quelle histoire
  • Ah là là quelle histoire

Share Button