Du nord au sud, récit d’une expérience

Du nord au sud, récit d’une expérience

Ce spectacle retrace comme un kaléidoscope, une expérience menée au sein de deux lycées de Marseille, diamétralement opposés dans leur localisation et leur contexte sociologique : les quartiers nord et les quartiers sud de la ville.

Durant une douzaine de séances et des interviews avec les élèves de deux classes de 1ères (section économique et sociale) sur la question de la géographie et de la frontière, puis la création d’un spectacle construit avec eux, Wilma Lévy revient sur cette expérience, et sur les questions essentielles que cette rencontre a fait émerger…

Qu’est-ce que le politique engage comme sentiment d’appartenance ou d’exclusion ? Que reste-t-il des valeurs et des croyances liées à l’École de la République, aujourd’hui, en France ?

« Wilma LEVY, la silhouette menue, est une guerrière dans le sens le plus noble du terme (…).Etre pour exister, cela devrait être le mot d’ordre de l’éducation qui au lieu de stigmatiser les différences, devrait comprendre qu’il importe de les valoriser au sein du collectif.

Que les festivaliers d’Avignon prennent un peu de leur temps pour découvrir ce spectacle percutant et éloquent, lumineusement engagé ! » Le Monde Evelyne Trân (Avignon 18).

  • Mise et scène/ interprétation : Wilma Lévy
  • Regard extérieur : Jenny Lauro Mariani
  • Dramaturgie : Jenny Lauro Mariani et Anyssa Kapelusz
  • Vidéos : Catherine Legrand
  • Lumières : création Séverine Monnet/ En tournée Pablo Hassani

LE MONDE.fr, Evelyne Trân,

Wilma LEVY, la silhouette menue, est une guerrière dans le sens le plus noble du terme. Elle pourrait faire penser à Athéna, déesse de la Guerre, de la Pensée et de la Sagesse qui jaillit de la tête de Zeus en brandissant sa lance. (…).

Etre pour exister, cela devrait être le mot d’ordre de l’éducation qui au lieu de stigmatiser les différences, devrait comprendre qu’il importe de les valoriser au sein du collectif.

Wilma LEVY remue à mains nues, une terre si riche, si vivante, d’une voix si franche et volontaire, qu’elle portera ses fruits, il faut y croire.

Que les festivaliers d’Avignon prennent un peu de leur temps pour découvrir ce spectacle percutant et éloquent, lumineusement engagé !

 

LA TERRASSE, Agnès Santi ( Avignon 2018)

Nous avons vu aussi Du Nord au Sud, de et avec Wilma Lévy, récit d’une expérience par l’auteure, dans deux classes de Marseille : l’une dans les quartiers Nord, l’autre dans les quartiers Sud.

Elle soulève une foule de questions intéressantes !

 

LE BRUIT DU OFF – AVIGNON 2018

§ J’y vais > Wilma Lévy met en scène des questions de société et nous fait partager une expérience de rencontre entre deux classes de lycéens marseillais. Le nord, le sud. Sa mise en scène précise et sensible mêle projections, vidéos et enregistrements sonores. Un très beau travail de théâtre documentaire.

En 2014, dans le cadre de son travail de création, Wilma Lévy a proposé un travail à deux classes de lycée (une classe du Lycée Saint-Exupéry dans les quartiers Nord de la ville, une classe du lycée Marseilleveyre dans les quartiers Sud) qui mêlait théâtre, géographie, et espace: Du Nord au Sud et réciproquement.

« Quelles perceptions avez-vous de votre quartier, de votre ville? Y percevez-vous des frontières? Comment? Lesquelles? ».

Il s’agissait de nommer des sensations et d’identifier certaines réalités géographiques et sociales de cette ville en s’appuyant sur les notions explorées dans le programme scolaire autour du territoire. A travers ce projet, l’idée était de créer une rencontre, d’offrir un espace d’échange et de partage entre ces publics et de les amener à co-construire ensemble une proposition artistique.

Nord/Sud, un récit d’expérience revient sur cette proposition, en propose une analyse objective, pas tant sur son déroulement mais davantage sur ce qu’il a fait émerger comme questions, comme évidences, comme témoignages..

En s’appuyant sur différents sources (élèves, enseignants, partenaires…), on y évoque la déception de l’école, la souffrance du monde enseignant, la naïveté partagée, les incompréhensions, les situations la question sociale… mais aussi les « bijoux » trouvés et la conviction que l’art offre à décloisonner…

On y parle de l’école, de la place de chacun, de la pression sociale et du sentiment de trahison que l’on ressent lorsque l’on tente d’échapper à son milieu d’origine.

On s’y livre de façon brute, on se refigure par le jeu des situations, des protagonistes… des vécus, de la matière, mise en écho avec les textes d’Annie Ernaux, notamment La place et les Armoires vides, très ancrés sur la question du rapport de l’individu à son territoire. Il s’agit ici de partager ces questions et ces tentatives avec le public…

En plein work in progress, cette proposition se construit actuellement à travers le travail d’écriture et de mise en scène de Wilma Levy, avec la complicité d’Anyssa Kapelusz et le regard extérieur de Jennifer Lauro Mariani

Cette proposition sera présentée prochainement à la Friche Belle de mai dans le cadre de la Biennale des Ecritures du Réel #3. Elle est accompagnée par le Théâtre de la Cité et soutenue par le Théâtre Massalia, et la Gare Franche.
La compagnie est régulièrement accueillie en résidence dans le cadre de ce projet à La Gare Franche, au Studio/Théâtre le Merlan-Scène Nationale et au Théâtre des Salins.

  • Création Nov 2017 au théâtre Comoedia à Aubagne
  • Nov 2017 Théâtre les Argonautes Marseille
  • Festival Off Avignon 2018 Théâtre Artéphile
  • Scènes et cinés Mars 2019, Festival du théâtre de récit
  • Festival Off Avignon 2019 Théâtre l’entrepôt (dispositif régional de soutien aux compagnies)
  • Festival OQP/ Cie Mémoires vives, théâtre de l’Oeuvre Nov 2019
Création radiophonique de la pièce Michelle doit-on t’en vouloir d’avoir fait un selfie à Auschwitz, de Sylvain Levey

Création radiophonique de la pièce Michelle doit-on t’en vouloir d’avoir fait un selfie à Auschwitz, de Sylvain Levey

RÉSIDENCE ARTISTIQUE EN COLLÈGE

CREATION D’UNE PIECE RADIOPHONIQUE AVEC LA 3°3 DU COLLEGE FORBIN

« Michelle doit-on t’en vouloir d’avoir fait un selfie à Auschwitz ? »

de Sylvain Levey. Editions Théâtrales Jeunesse

Euphonia, structure de production et de création sonore, principal partenaire de Radio Grenouille

& la Compagnie des Passages, dirigée par Wilma Levy, s’associe pour porter un projet de création d’une pièce radiophonique auprès des élèves

de la classe de 3ème 3 du Collège Forbin, Marseille (11ème).

Euphonia et la Cie des Passages se sont rencontrées à la Gare Franche il y a plusieurs années et ont cheminé trois années avec un groupe de

femmes habitant le Plan d’Aou dans un travail autour de l’expression, de la langue, de la mise en scène du quotidien. En 2017, Wilma Lévy

rencontre Anaïs Enon lors d’un stage dirigé par Grégoire Ingold sur l’Action verbale. Ce travail ranime pour elles le désir de la lecture à haute

voix, et dans la foulée elles proposent à l’équipe de Radio Grenouille d’animer l’antenne par des lectures de textes.

C’est donc assez naturellement que la Cie des Passages et Euphonia décident de collaborer autour du projet de création radiophonique de la

pièce de théâtre écrite par Sylvain Levey après la lecture d’un fait divers.

« Qui est Michelle ? Ou plutôt : qui est uneviedechat ? Une adolescente insouciante ou mal élevée ? On assiste ici à la confrontation de

deux mondes : celui des « vieux », qui regardent défiler le paysage, et celui des jeunes, prompts à le mettre en boîte, ce beau décor, avec leurs

smartphones tout équipés et ultra-connectés. C’est à ce nouveau monde qu’appartiennent Kim, Angèle, Michelle, Sélim et Abel. Et c’est l’ancien

monde qu’ils viennent visiter en allant découvrir à Auschwitz l’horreur des camps de concentration, ce souvenir dur et froid, qui ne résistera

pas, cependant, au sourire de Michelle et au déclenchement de son appareil photo… »

  • Facebook
  • Pinterest
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

Les enregistrements radio, en collaboration avec radio Grenouille

Jane Sautière | Dressing

by Anaïs ENON

Algérie

by Anaïs ENON

Migrer, se rendre quelque part

by Anaïs ENON

Radio Grenouille 88.8 - Lectures grenouillantes printemps 2019

by Anaïs ENON

AVIGNON OFF 2018: DU NORD AU SUD, RECIT D’UNE EXPERIENCE

AVIGNON OFF 2018: DU NORD AU SUD, RECIT D’UNE EXPERIENCE

Ce spectacle retrace comme un kaléidoscope, une expérience menée au sein de deux lycées de Marseille, diamétralement opposés dans leur localisation et leur contexte sociologique : les quartiers nord et les quartiers sud de la ville.
Durant une douzaine de séances et des interviews avec les élèves de deux classes de 1ères (section économique et sociale) sur la question de la géographie et de la frontière, puis la création d’un spectacle construit avec eux, Wilma Lévy revient sur cette expérience, et sur les questions essentielles que cette rencontre a fait émerger…
Qu’est-ce que le politique engage comme sentiment d’appartenance ou d’exclusion ? Que reste-t-il des valeurs et des croyances liées à l’École de la République, aujourd’hui, en France ?

« Sur un plateau épuré, Wilma Lévy avec sensibilité et justesse, incarne l’ensemble des protagonistes et rend ainsi vivants et palpables, le corps et la langue de chacun. » Zibeline

En savoir + : Dossier artistique

 

 

20% ! -OBJECTIF AVIGNON OFF 2018

20% ! -OBJECTIF AVIGNON OFF 2018

Grâce à nos premiers contributeurs nous abordons la seconde phase de la campagne de don en vue de notre participation à Avignon OFF 2018. Nous avons en effet atteint 20% de l’objectif ! Tous les gestes comptent, soyez-en assurés !

N’hésitez pas à revenir vers nous si vous voulez discuter de ce projet !

Rappel de la campagne en cours pour la compagnie:

La compagnie des passages fait appel à vous pour soutenir sa participation cette année au prestigieux festival d’Avignon OFF. avec son spectacle
Du nord au sud, récit d’un expérience 
du 6 au 27 juillet 2018 au Théâtre Artéphile à Avignon

“Vous faites Avignon? Vous êtes sûrs?!” Au delà des terrasses de café pleines à craquer, des centaines d’affiches colorées qui décorent la ville, des saltimbanques -que nous sommes- qui tractent ou paradent pour parler de leur spectacle… Avignon c’est aussi 1000 spectacles, des garages qui se transforment en théâtre, une inflation immobilière qui embrase la Cité des papes, et bien sûr l’impérieuse nécessité d’une chargée de diffusion, des outils de communication à mettre en place, les salaires artistiques et techniques, la location du matériel technique etc.
C’est une aventure humaine et financière: en bref, Avignon pour nous c’est un budget de 25000€. Et comme l’idée n’est pas de mettre en péril la Compagnie des passages, nous osons vous demander de prendre part au projet.

CYCLE DE LECTURES PHILOSOPHIQUES/ APPEL A PARTICIPATION

CYCLE DE LECTURES PHILOSOPHIQUES/ APPEL A PARTICIPATION

La Compagnie des passages souhaite partager des lectures de philosophie politique,
en complicité avec un-e féru-e de philosophie.
Après la lecture, il serait question d’ouvrir une discussion avec l’auditoire, et de créer ainsi un moment convivial autour d’une collation.
L’idée étant de proposer ces lectures dans un espace privé, dans des appartements ou des maisons, des cafés
Vous avez envie d’accueillir ce projet chez vous ?
Merci d’adresser un mail à ciedespas_sages@yahoo.fr
RETOUR SUR LABORATOIRE/La Fileuse-Reims

RETOUR SUR LABORATOIRE/La Fileuse-Reims

Dans la poursuite de sa réflexion autour des écritures du réel, et autour de la dernière création de la Cie,
Du Nord au Sud, récit d’une expérience
Wilma Levy, metteure en scène de la compagnie,
a participé du 26 février au 3 mars dernier, au laboratoire de recherche 

« C’est un acte faux, c’est un artifice, tout est préparé, c’est pas naturel. Je dirais en plus que dans la nature le théâtre n’a aucun sens. (…) Il s’agit d’un artifice qui est capable pour un instant de suspendre la réalité. On peut suspendre la réalité seulement si on est capable de produire du réel. »
Roméo Castellucci

C’est devenu un label, un gage d’authenticité, un titre de roman récemment : « D’après une histoire vraie ». Sur l’air du grand retour, on célèbre pêle-mêle autofiction, cinéma du réel, spectacle documentaire, art de l’intime… Et bienvenue aux protagonistes lambda d’une situation donnée pour interpréter leur propre rôle ou faire acte de témoignage.

Mais que donne-t-on à voir ou entendre quand on s’empare d’une réalité pour la représenter ? Faut-il nécessairement démêler la fiction du réel, le vrai du faux, distinguer le témoin de l’interprète, l’acteur du porte-parole, le professionnel de l’amateur ? Des histoires intimes à l’histoire avec un grand H, que révèle-t-on du monde entre détournement et interprétations personnelles ou collectives ? 

Pin It on Pinterest